“The Crown” saison 5, le crépuscule de la reine d’Angleterre

Alors qu’Elizabeth commence à sentir le poids de l’âge, le château de Windsor brûle, tout comme les mariages de trois de ses enfants… Toujours aussi brillante, et avec un casting renouvelé, la série Netflix continue de porter fièrement sa couronne de biopic de luxe.

Y a-t-il quelqu’un pour sauver la reine ? Cette question, évocatrice d’un titre de film parodique avec Leslie Nielsen, les spectateurs de The Crown se la poseront plus d’une fois au cours de cette cinquième saison au casting entièrement renouvelé, tant Elizabeth II, désormais interprétée par Imelda Staunton, y apparaît éprouvée. En 1991, lorsque commence le premier épisode, une ère nouvelle s’ouvre pour le monde après la chute du mur de Berlin et la dissolution de l’URSS, mais pour la souveraine, c’est un basculement plus intime et non moins tragique qui s’opère : elle vieillit. Une vraie-fausse archive (avec Claire Foy, qui incarnait la jeune reine, en noir et blanc !) et une légère prise de poids relevée lors d’une visite médicale de routine viennent le souligner d’emblée.

Et le sort s’acharne sur la monarque, qu’on verra au cours de la saison fragilisée de toutes parts, confrontée à divers deuils : le château de Windsor manque d’être réduit en cendres, les mariages de trois de ses enfants partent à vau-l’eau et voilà bientôt qu’on lui suggère de réduire son train de vie et de faire une croix sur son cher navire, le Britannia.

Charles trépigne…

Le temps passe, mais pas suffisamment vite aux yeux de Charles, le prince héritier qui commence à trépigner dans l’antichambre de sa royale destinée, tentant à plusieurs reprises de saper l’autorité de sa mère. C’est en tout cas ainsi que Peter Morgan et ses coscénaristes ont choisi de le dépeindre (le prince de Galles était jusqu’alors plutôt décrit comme un homme qui ne voulait pas être roi) dans ces dix inédits.Lesquels, avant même leur mise en ligne sur Netflix, ont déjà fait couler beaucoup d’encre outre-Manche, amenant la production à préciser – une première dans l’histoire du show – que The Crown appartenait bel et bien au registre de la fiction.

Toujours aussi bien construite et savamment menée, entre moments fameux et digressions historiques méconnues (la visite d’État de Boris Eltsine à Buckingham), la série n’occulte rien de la cruauté des luttes de pouvoir, sur le devant de la scène internationale comme dans la sphère familiale, en matière de succession comme en matière de divorce… En privilégiant les séquences tournées en intérieur – dîners, réceptions, audiences privées –, la mise en scène illustre l’étouffante rigueur d’une monarchie de plus en plus repliée sur elle-même. Jusqu’à en mourir ?

https://youtube.com/watch?v=Ej0vb8xhvbw

À voir
s The Crown, saison 5, série créée par Peter Morgan, Grande-Bretagne, 10 × 45 à 60 mn. Sur Netflix.

Cet article est en accès gratuit aujourd’hui Pour nous soutenir, abonnez-vous ! Offre spéciale – 29,99€ pour 1 an

Lien source : “The Crown” saison 5, le crépuscule de la reine d’Angleterre