Sorti de l’addiction grâce aux 12 étapes des Alcooliques anonymes : « Comment font les gens qui n’ont personne à qui parler ? »

« C’est pas tellement ce que j’ai fait avant qui est intéressant. Ça l’est probablement pour toi et ton papier, mais faut garder en tête que j’ai vécu beaucoup plus longtemps clean que défoncé. » La phrase est glissée au bout d’une heure de conversation, un après-midi de décembre dans un bar de Belleville sur lequel tombe une pluie qui pourrait bien faire croire que c’est déjà la nuit. Julien Gangnet, scénariste, a 53 ans. On a pris rendez-vous à l’occasion de la parution de son dernier livre« Les 12 étapes. La méthode qui a transformé des millions de vies », aux Editions Goutte d’Or.

Ce court ouvrage n’a rien d’une autobiographie et tout d’un petit guide pour se libérer de ce que Julien Gangnet nomme « le mental, ce quelque chose qui vous pousse à prendre des décisions irrationnelles, attise votre mal-être ou une estime dégradée de vous-même ».

Ce sera peut-être le temps passé sur les réseaux sociaux, l’excès d’ambition professionnelle ou l’anxiété. Pour Julien Gangnet, c’était l’héroïne. Il s’en est sorti il y a vingt-sept ans en suivant le programme en douze étapes des Alcooliques anonymes (AA), convaincu désormais que cette méthode spirituelle née aux Etats-Unis peut aider le grand public bien au-delà des problèmes d’addiction. Le programme – qui repose sur le triptyque « abstinence totale, suivi des étapes, parrainage par un tiers » – est construit pour s’auto-entretenir tout au long de la vie.

La première étape, revisitée par Gangnet dans son livre, est celle de l’honnê

Cet article est réservé aux abonnés. Profitez de nos offres spéciales sans engagement.

OU

Exclusif Google : 6,99€/mois

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt d’un cookie d’analyse par Google.

Lien source : Sorti de l’addiction grâce aux 12 étapes des Alcooliques anonymes : « Comment font les gens qui n’ont personne à qui parler ? »