Sindbad jeunesse, une collection qui incite à lire en français et en arabe

Pour fêter ses 50 ans, les éditions Sindbad lancent une collection jeunesse bilingue. L’occasion pour son directeur, Farouk Mardam-Bey, d’en détailler les enjeux. Et de nous montrer toute la vitalité de la littérature enfantine dans le monde arabe.

Pionnière dans la traduction de la littrature arabe en français, la collection Sindbad fête ses 50 ans. Propriété d’Actes Sud depuis 1995, elle publie un échantillon, de plus en plus important, de la production livresque du monde arabe – recueils de poésie, romans, nouvelles, essais… Pour célébrer son illustre anniversaire, la collection se dote d’une déclinaison jeunesse bilingue et propose en cette rentrée de septembre quatre ouvrages à destination des enfants. Un conte populaire libanais, La Ruse du chacal, de Najla Jraissaty Khoury, et un album égyptien, La Tache noire, de Walid Taher, sont traduits en français. Parallèlement, le roman Les Monstres de là-bas, d’Hubert Ben Kemoun, et un album, Louis Ier, roi des moutons, d’Olivier Tallec, se parent d’une traduction en arabe. Farouk Mardam-Bey, directeur de Sindbad depuis presque trente ans, revient sur les raisons de cette nouvelle aventure éditoriale.

La littérature arabophone est très peu traduite en français. Pourquoi cette envie de lancer une collection jeunesse ?
Il y a toujours eu la volonté d’essayer de développer une collection de littérature jeunesse, surtout depuis les années 2000 et le développement très important de cette catégorie dans le monde arabe. On a longtemps pensé qu’Actes Sud junior pouvait s’en charger, et finalement on a voulu faire quelque chose au nom de Sindbad, en favorisant une collection bilingue.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
  • Désabonnement simple

Lien source : Sindbad jeunesse, une collection qui incite à lire en français et en arabe