Sandrine Treiner quitte la tête de France Culture : enquête sur une démission surprise

À la veille de la publication d’un rapport sur son management jugé brutal, la directrice de France Culture, en poste depuis 2015, a annoncé mardi son départ de la station publique. L’épilogue d’une crise ouverte depuis plusieurs mois. Récit.

« Je veux clore ce moment difficile. C’est pourquoi j’ai décidé de quitter la direction de France Culture. » Coup de théâtre, ce mardi, peu avant 14 heures : dans un très long message à ses équipes, Sandrine Treiner a soudainement annoncé son départ, sans attendre les conclusions de l’audit interne mené sur sa chaîne. Si elle savait son sort en suspens, la controversée patronne de la radio publique a pris les devants. « Il va de soi que j’ai fait des erreurs, je suis désolée », confesse d’emblée celle qui est entrée à France Culture il y a douze ans et qui, dans ses adieux de trois pages en forme de bilan, entend « rembobiner le film », pour montrer que « les résultats sont là ».

Émergence d’une nouvelle génération de journalistes, féminisation de l’antenne, nouvelles émissions, succès des podcasts : Sandrine Treiner défend bec et ongles sa méthode, imputant notamment les « derniers mois compliqués » aux confinements nés du Covid-19. « Parfois, à l’évidence, renforcés par la distance, la séparation, la difficulté à se réunir […] le stress, la surcharge de sujets, nous nous sommes moins bien compris. J’en prends ici toute ma responsabilité et ma part », écrit-elle. Avant d’évoquer son statut de femme dirigeante. « Tout est plus périlleux pour les femmes. J’en ai moi-même fait les frais par le passé », glisse-t-elle, déplorant les « représentations sociales » subies. Ni Sandrine Treiner ni Sibyle Veil, pdg de Radio France, n’ont souhaité répondre à nos questions.

Lien source : Sandrine Treiner quitte la tête de France Culture : enquête sur une démission surprise