Rugby : de passage en Aveyron, Guy Novès se lâche sur Bernard Laporte et la Fédération française

Invité au Bowling du Rouergue à Onet-le-Château, l’ancien entraîneur du Stade Toulousain et sélectionneur de l’équipe de France de rugby à XV, Guy Novès, est revenu sur les affaires judiciaires qui touchent actuellement la FFR dans le cadre du procès Altrad-Laporte.

Jeudi, en début de soirée, la société Orpi Bourran tenait une conférence de rentrée avec ses partenaires au Bowling du Rouergue à Onet-le-Château. C’est à cette occasion, que Thomas Lacombe, dirigeant de l’entreprise immobilière ruthénoise, a convié Guy Novès à s’exprimer devant environ 150 personnes.

Lors de ce moment d‘échange – qui était d’abord longuement tourné sur le Stade Toulousain – l’ancien coach du club de la Ville Rose ainsi que de l’équipe de France de rugby a livré de nombreuses anecdotes aux différents entrepreneurs et personnalités sportives du coin qui ont répondu présents à ce rendez-vous.

A lire aussi :
Corruption dans le rugby : prison ferme requise pour Bernard Laporte et Mohed Altrad

Parmi eux, on retrouvait le cycliste Alexandre Geniez, le président du vélo club de Rodez Victor Santos, ou encore les anciens présidents du basket et du rugby à Rodez, Vincent Bonnefous et Charles Carnus.

Novès : “Je ne peux pas être plus heureux, que de voir dans quelle merde ils sont”

Dans les derniers instants de la conférence, Guy Novès a été questionné sur les affaires judiciaires qui touchent la fédération française de rugby, et notamment son président, le Ruthénois Bernard Laporte. Au vu du remous que provoque actuellement cette affaire dans le monde de l’ovalie, il devait sans doute s’attendre à ce que sujet soit abordé à un moment ou à un autre.

Avant d’évoquer ce qu’il pensait des soupçons de corruption, Novès a d’abord tenu à revenir sur sa dernière année de contrat avec les Bleus, entre 2016 et 2017. La seule qu’il a connue avec Bernard Laporte en tant que président de la FFR. Il a alors décrit une relation très particulière, puisque inexistante. En effet, il a rapporté n’avoir vu son supérieur hiérarchique qu’à trois reprises… en un an. 

Novès ne mâche pas ses mots

Puis est venu, pour le natif de Toulouse, le moment de parler de ce qui fait l’actualité depuis plusieurs mois. Et il n’a pas mâché ses mots à ce propos. Il faut dire qu’il ne porte pas forcément les accusés de cette affaire dans son cœur. Que ce soit Bernard Laporte ou encore Serge Simon, vice-président de la FFR, qu’il a appelé à plusieurs reprises “l’autre branque”. 

Je ne peux pas être plus heureux, plus joyeux, que de voir dans quelle merde ils sont“. C’est avec ces mots forts que Guy Novès a conclu cette intervention d’environ une heure trente en Aveyron.

“Pas d’incidence sur les Bleus”

Quelques heures plus tôt, à son arrivée sur Onet, Novès a évoqué, pendant un entretien avec Centre Presse, les répercussions potentielles d’une telle affaire sur les Bleus à quelques mois de la coupe du Monde en France : “Je ne crois pas que ce qu’il se passe en ce moment à la fédération puisse impacter les joueurs. Ils sont dans leur bulle, entre copains. Ils veulent jouer et être les meilleurs, c’est ce qui leur importe. Ça n’aura, à mon avis, aucune incidence sur leur rendement.”

Lien source : Rugby : de passage en Aveyron, Guy Novès se lâche sur Bernard Laporte et la Fédération française