“Mythes”, un album pour enfants somptueux et plein d’esprits

Connaissez-vous Tzitzimime, Poséidon ou Vishnu ? Cet album documentaire nous présentent divinités et esprits du monde entier, dans un festival époustouflant de couleurs et de formes. Dès cinq ans.

« Devine, cherche et trouve », s’appelle cette collection, qu’on est tenté de renommer « Admire, dévore et retiens », tant les deux albums qui la constituent recèlent de beauté nutritive. Ils sont l’œuvre de Manon Bucciarelli, graphiste non seulement experte en couvertures de livres de poche pour adultes (Arthur Rimbaud, Jane Austen, Ivan Nabokov…), mais également très douée pour magnifier les pages intérieures d’albums documentaires destinés à la jeunesse. L’année dernière, nous nous émerveillions devant le premier, Nature, et voilà que nos yeux restent écarquillés face au second, Mythes, qui confirme son art de faire jaillir de subjugants faisceaux de lumière à partir de nuances restreintes de rouge, blanc, rose, noir, brun. D’où vient que les tonalités de ces images ne procurent aucune lassitude visuelle ? De l’art de répartir les couleurs et les formes, vivantes, précises, et en même temps pleines de souffle et de mystère, animées d’une force invisible. En parfaite adéquation avec le thème du livre, qui recense les légendes, monstres et autres divinités de seize peuples du monde, Inuits, Aborigènes, Amérindiens, Chinois ou Hindous…

Chaque double page semble envahie par les esprits, qui occupent l’espace du papier dans tous ses interstices. Visages aux regards naïfs et pénétrants, végétaux enchevêtrés avec grâce, tout se combine et s’imbrique dans une mise en page somptueuse, laissant l’œil se perdre et s’aimanter au hasard. Concises, une multitude de pastilles informatives apparaissent dans les espaces libres avec un naturel confondant. On y apprend qu’au Japon, il faut se méfier de Kiúbiko, esprit maléfique incarné par un renard à neuf queues. Que le Serpent arc-en-ciel a été envoyé sur le sol australien par le Temps du rêve pour créer l’eau, donnant sa forme au lit des rivières. Que Gamaïoun est une déesse slave à tête de femme et corps d’oiseau, capable de prédire l’avenir par son chant. Faudra-t-il plier mille grues Ori-Tsuru pour que s’exauce notre vœu le plus cher, et que cette illustratrice nous gratifie l’an prochain d’un troisième joyau documentaire ?

La couverture et les pages intérieures de « Mythes ».

La couverture et les pages intérieures de « Mythes ».

Illustration Manon Bucciarelli/Gallimard jeunesse

Lien source : “Mythes”, un album pour enfants somptueux et plein d’esprits