L’emprise, vue par une psychanalyste : « Un pervers narcissique éprouve de la jouissance à écraser sa proie »

Après avoir publié huit témoignages sur les relations d’emprise, « l’Obs » cherche à comprendre ce qui fait leur spécificité dans une série d’entretiens.

Marie-France Hirigoyen est psychanalyste, victimologue et psychiatre. En 1998, la publication de son livre « le Harcèlement moral : la violence perverse au quotidien » contribue à inspirer la loi française de janvier 2002 sur le harcèlement moral au travail. Elle est également l’auteure de « Femmes sous emprise. Les ressorts de la violence dans le couple » (Oh ! Editions, 2005).

Quel est le profil d’un pervers narcissique ?

La perversion narcissique se fonde sur l’égocentrisme et l’absence d’empathie. Ce trouble de la personnalité touche plus d’hommes que de femmes, car ces premiers sont généralement plus narcissiques. En outre, le narcissisme pathologique s’appuie sur le pouvoir et, dans notre société, il est plutôt l’apanage des hommes.

Ceux qui en sont atteints se protègent de leurs propres émotions et se valorisent en rabaissant leurs proches. En général, ils sont intelligents, séduisants et s’adaptent facilement à leur environnement. Leur ego paraît surdimensionné. Si un pervers narcissique est en couple avec quelqu’un qu’il n’arrive pas à contrôler, alors il va le malmener. Le contraste est saisissant entre l’image de conjoint idéal qu’il renvoie à l’extérieur et la réalité au sein du foyer, où il s’apparente à un tyran.

Font-ils souffrir les autres sciemment ?

Ces grands manipulateurs n’ont pas conscience de la souffrance p

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, profitez de nos offres dès 1€

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt d’un cookie d’analyse par Google.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
  • Accès au service client

Lien source : L’emprise, vue par une psychanalyste : « Un pervers narcissique éprouve de la jouissance à écraser sa proie »