Le patron de Patagonia met une veste au capitalisme

Passionné d’alpinisme, Yvon Chouinard a créé son équipement puis fondé Patagonia, marque mythique de vêtements sportifs écoresponsables. Un succès mondial qu’il lègue à un trust et une ONG luttant contre le dérèglement climatique.

Une entreprise peut-elle « renverser le capitalisme » ? À 83 ans, Yvon Chouinard, fondateur de Patagonia, marque mythique de vêtements sportifs écoresponsables, vient de faire un choix hors norme dans le monde des affaires : faire de la Terre son « unique actionnaire »… en léguant son entreprise, valorisée à plus de 3 milliards de dollars (selon le New York Times), à la lutte contre le changement climatique. « Si notre but est une planète où la vie prospère – et non plus gérer une entreprise –, chacun d’entre nous devra prendre ses responsabilités, explique Yvon Chouinard sur le site de la marque. Nous avons pris les nôtres. » Plutôt que de vendre ou d’entrer en Bourse – « ce qui aurait été un désastre » –, celui qui s’est toujours vu comme un « homme d’affaires malgré lui » a transféré 100 % de ses parts à un trust et une ONG chargés de consacrer les bénéfices annuels de Patagonia (environ 100 millions de dollars) à la lutte contre la crise environnementale.

Du jamais vu aux États-Unis, mais dans le droit fil du parcours « atypique » de l’ancien alpiniste devenu patron, convaincu qu’une entreprise « responsable » doit aligner sa stratégie sur les limites planétaires… quitte à réduire son activité (et son chiffre d’affaires !) pour des raisons environnementales ou sociales. Pionnier en « stratégie de renoncement », Chouinard avait ainsi publié cette pub dans le New York Times, dès 2011 : « Don’t buy this jacket !  » (« n’achetez pas cette veste »). Et invitait ses salariés à aller faire du surf, dans une de ses autobiographies Let My People Go Surfing. The Education of a Reluctant Businessman, préfacée par l’essayiste Naomi Klein. Le renoncement, avenir du capitalisme ? Yvon Chouinard, l’alpiniste passionné, a, en tout cas, ouvert une voie.

Lien source : Le patron de Patagonia met une veste au capitalisme