La sélection BD hebdomadaire de l’Indépendant du dimanche

Alors que se déroule le festival de la Bande dessinée de Perpignan ce week-end (24 et 25 septembre), notre sélection des BD récemment parues met en vedette deux auteurs présents en Pays catalan : Ruben Pellejero et Julien Solé. Découvrez aussi un détective privé calamiteux, des filles uniques en colère, une croisade de fantômes, une flic qui apprend le métier et des amours de jeunes contrariés par les réseaux sociaux.

Corto Maltese chez les nazis

Présent à Perpignan pour le FID, Ruben Pellejero signe son quatrième album des nouvelles aventures de Corto Maltese. Le beau marin ténébreux est à Berlin au cœur des années 20. Hitler commence à faire parler de lui et une secte du nom de Consul distille son antisémitisme.

« Corto Maltese » (tome 16), Casterman, 17 €
« Corto Maltese » (tome 16), Casterman, 17 €
Casterman

Corto apprend que son ami Steiner est mort. Il va tout faire pour retrouver son meurtrier et le venger. Entre Berlin et Prague, il rencontre des espions communistes, de belles comédiennes et des astrologues illuminés.

Le scénario de Canales est ancré dans l’Histoire et Pellejero, doucement mais sûrement, s’affranchit de la simple copie de Pratt pour donner plus de puissance et de personnalité à son dessin. De mieux en mieux.

« Corto Maltese » (tome 16), Casterman, 17 €

La touchante tendresse de Monsieur Léon
C’est un petit bonhomme terne et insignifiant. De ceux que personne de remarque dans les transports en commun. Un discret qui vit sa vie sans bruit, bien à l’abri derrière les murs de son deux-pièces. Pourtant monsieur Léon mérite bien qu’Arnaud le Gouëfflec et Julien Solé lui consacrent tout un album de BD.

« Monsieur Léon », Fluide Glacial, 13.90 €
« Monsieur Léon », Fluide Glacial, 13.90 €
Fluide Glacial

Car Monsieur Léon cache bien son jeu. Il aime les vieilles ritournelles d’antan, pratiquer le tango et autres danses de salon, jouer au golf nu dans son salon ou porter secours aux poissons rouges dépressifs. Surtout, Monsieur Léon, en cette période de confinement, est capable de braver les forces de l’ordre et l’interdiction de circuler, juste pour plaire à sa voisine, la si timide et prude Mademoiselle Sophie.

Parues dans Fluide Glacial, ces petites histoires complètes sont plus poétiques qu’humoristiques. Elles racontent un monde moins mercantile que notre quotidien. Julien Solé, au dessin, excelle dans le mariage entre noir et blanc et couleurs éclatantes. Un dessinateur qui sait alterner les styles, toujours à l’affût d’expérimentations graphiques. Julien Solé qui fait partie des auteurs présents à Perpignan ce week-end dans le cadre du festival de la BD.

« Monsieur Léon », Fluide Glacial, 13.90 €

Barney Stax, le détective privé du pire
Le mythe du détective privé à la Marlowe a encore de beaux jours devant lui. Question dérision, l’album de James et Guerse est un bijou d’humour. Généralement, Barney Stax n’a absolument rien à faire de ses journées.

« Barney Stax », Fluide Glacial, 13,90 €
« Barney Stax », Fluide Glacial, 13,90 €
Fluide Glacial

Mais quand une jolie blonde débarque dans son bureau et lui demande de suivre son mari pour comprendre pourquoi il ne la trompe pas (elle est nymphomane et paiera Barney en nature), il ne se doute pas qu’il est en train de plonger dans une guerre secrète entre CIA et KGB. Car le mari, plombier de son état, est en réalité un espion. Dialogues hilarants, situations cocasses, chutes incongrues, rebondissements abracadabrantesques : Barney Stax va regretter d’avoir dit oui.

« Barney Stax », Fluide Glacial, 13,90 €

Une apprentie flic au 36 quai des Orfèvres
Si vous êtes jeune et qu’une carrière de policier vous tente, plongez dans ce roman graphique réaliste. Henri Scala, commissaire de police s’est associé au scénariste Mark Eacersall pour raconter les premiers pas d’une jeune policière à la brigade criminelle à Paris.

« Cristal 417 », Glénat, 19,50 €
« Cristal 417 », Glénat, 19,50 €
Glénat

Un long et dur apprentissage dessiné sur près de 120 pages par Boris Golzio. Pauline, gardienne de la paix, a été repérée en haut lieu. On lui donne l’opportunité de rejoindre ce prestigieux service.

Elle va apprendre le métier, passer des nuits blanches et tout faire pour clore une vieille enquête sur une femme retrouvée découpée au bord de l’autoroute.

« Cristal 417 », Glénat, 19,50 €

Furie féminine chez les « Filles uniques »
Sierra est en colère. En permanence. Cette adolescente, une des cinq amies membre du club des Mal Barrées, vit avec sa mère dans un mobile home. Elle est en colère contre les hommes. Tous les hommes.

« Filles uniques » (tome 3), Dargaud, 12,50 €
« Filles uniques » (tome 3), Dargaud, 12,50 €
Dargaud – DARGAUD BENELUX

Sierra au centre du 3e volume de la série Filles uniques écrit par Beka et dessiné par Camille Méhu. Ses amies vont enter de la calmer, en vain, puis de comprendre la source de cette furie continuelle.

Et de découvrir l’histoire de cette enfant qui a trop fait confiance et qui désormais n’entend plus se laisser faire.

« Filles uniques » (tome 3), Dargaud, 12,50 €

Croisade fantôme de sept « Ex-people »
Dans un Moyen Âge d’opérette, les sept héros de cette série, écrite par Desberg et dessinée par Utkin, partent en croisade. Sept fantômes, privés de leur véritable apparence.

« The Ex People » (tome 1), Bamboo Grand Angle, 16,90 €
« The Ex People » (tome 1), Bamboo Grand Angle, 16,90 €
Bamboo

Il y a deux hommes, deux femmes, un cheval, un oiseau et un chat. Des fantômes. Ils vont devenir mercenaires pour accumuler de l’or destiné à payer des prêtres qui auraient une potion pour rompre leur mauvais sort.

Une BD fantastique, sous forme de conte, malicieuse et immorale, sur la méchanceté humaine, la vengeance et le désir de rédemption. Une des plus surprenantes histoires de cette rentrée 2022.

« The Ex People » (tome 1), Bamboo Grand Angle, 16,90 €

L’image contrariée d’Alex
Noah, étudiant à Bruxelles, se laisse aller. Sédentaire, paresseux, il aimerait percer dans le milieu dans la musique au lieu d’étudier le Droit. Un soir il rencontre Alex, une jeune fille.

« Le bel Alex », Casterman, 22 €
« Le bel Alex », Casterman, 22 €
Casterman

Le courant passe entre eux. Mais ce n’est pas le grand amour fou. Alex semble plus apprécier une vedette du net qui est la personnification du jeune, beau et bien dans sa peu. Alors Noah va tenter de lui ressembler.

Pour retenir Alex. Ce roman graphique de Julie Reynaud est une belle réflexion sur la jeunesse actuelle et sa propension à prendre des physiques en exemple, misant beaucoup trop sur l’apparence.

« Le bel Alex », Casterman, 22 €

Lien source : La sélection BD hebdomadaire de l’Indépendant du dimanche