Kylian, je ne t’ai pas élevé comme ça

Kylian,

Cette nuit, j’ai rêvé que j’étais ta mère. J’étais grande. Je portais élégamment une jupe plissée rouge et des chaussures Puma à crampons. Les récits de rêves sont intolérables, mais je n’arrive pas à me défaire de l’idée qu’en tant que mère j’ai des choses à te dire. Après ton fou rire en conférence de presse parce qu’on t’a demandé si tu étais prêt à prendre le train plutôt que le jet, tu es rentré à la maison comme quand tu étais petit. L’immeuble a tremblé sous tes pas dans l’escalier, tu m’as fait un bisou sur le front et quand tu t’es assis sur le canapé, les pieds sur la table basse, je t’ai versé une bouteille de jus de pomme de marque Innocent sur la tête. « Je ne t’ai pas élevé comme ça », t’ai-je dit.

Dans le doute

Je t’ai montré les bons films et lu les bons livres, ai-je poursuivi folle de rage, tandis que du smoothie dégoulinait de tes oreilles. Tu connais toutes les fables de La Fontaine, même celle du Renard et du Bouc dont la moral

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, profitez de nos offres dès 1€

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt d’un cookie d’analyse par Google.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
  • Accès au service client

Lien source : Kylian, je ne t’ai pas élevé comme ça