Internet mobile : “L’objectif est de ne plus avoir de 3G en Aveyron d’ici la fin de l’année”

Michel Combot est le directeur général de la Fédération française des Télécoms qui a en charge le développement du projet New Deal Mobile en France dont l’Aveyron fait partie. Objectif : accélérer la couverture mobile. Et mettre la 4G partout, en remplacement de la 3G. 

L’inauguration à Salles-Curan d’un nouveau pylône 4G mutualisé, vendredi 21 octobre, est l’occasion de faire un point sur l’avancée du développement du projet New Deal Mobile initié depuis 2018.

A lire aussi :
Internet mobile : comment le New Deal Mobile et les pylônes 4G multi-opérateurs gomment les zones blanches

ll s’agit d’un accord signé entre l’Etat, les quatre opérateurs historiques sur le territoire (Orange, Bouygues Télécom, SFR et Free) et l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes) pour permettre l’achèvement de la couverture 4G en France.

Michel Combot, en 2022, on parle encore de fracture numérique…

Michel Combot est le directeur général de la FFTélécoms.
Michel Combot est le directeur général de la FFTélécoms.
Photo – OLIVIER VIGERIE

Avec le projet New Deal Mobile lancé en 2018, l’Etat a fait ce choix courageux de ne pas faire d’enchères entre les opérateurs depuis plus de vingt ans.

Ce sont trois milliards d’euros investis dans les réseaux

Ce sont trois milliards d’euros qui vont être intégralement investis dans les réseaux. Avec de grandes ambitions, convertir les antennes encore en 3G en 4G et construire de nouveaux pylônes, notamment en zones blanches, pour permettre la couverture intégrale du territoire.

Concrètement, ces pylônes 4G nouvelle génération permettent d’avoir tous les opérateurs raccordés sur une même antenne ?

Oui. Sachant que chaque opérateur a son propre programme de mise à jour de son réseau avec le passage des antennes relais de 3G en 4G y compris sur les axes routiers et ferroviaires, l’augmentation de la qualité du signal et couvrir les zones blanches à quatre.

A lire aussi :
Internet mobile : l’Aveyron veut dire adieu aux zones blanches, le 39e pylône 4G multi-opérateurs inauguré

Avec ce pylône multi-opérateurs, les habitants de Salles-Curan vont désormais pouvoir choisir l’opérateur de leur choix.

L’Etat et les élus locaux identifient les zones à couvrir

Où en est-on de la couverture 4G en Aveyron ?

Chaque année, l’Etat et les élus identifient des zones à couvrir. Ce n’est pas nous qui décidons de l’endroit où ils sont mis. 

Au niveau national, nous avons identifié 3 600 sites. Il y en a encore 1 300 qui vont faire l’objet de travaux. Il y a en moyenne 37 zones à couvrir par département.

79 zones déjà identifiées en Aveyron

En Aveyron, nous avons 79 zones d’ores et déjà identifié. 39 pylônes multi-opérateurs sont construits et activés. 40 vont sortir de terre d’ici début 2024. Il va y avoir certainement une trentaine de sites qui vont venir se rajouter.

Ci-dessous, les 39 pylônes mutualisés issus du dispositif de couverture ciblée (en jaune) sont construits et activés en 4G par les quatre opérateurs. Et en blanc, ceux qu’ils manquent.

En jaune, les zones déjà équipées de pylônes 4G multi-opérateurs.
En jaune, les zones déjà équipées de pylônes 4G multi-opérateurs.
Document – FFTélécoms
En blanc, les zones qui restent à équiper.
En blanc, les zones qui restent à équiper.
Document – FFTélécoms

Au-delà de ces 39 nouveaux pylônes construits, on a passé près de 580 antennes en 3G en 4G. Il y a eu un effort de rattrapage à la fois sur l’existant et la construction.

L’objectif est donc de faire basculer les antennes 3G en 4G ?

D’ici la fin de l’année, il n’y aura plus de 3G en Aveyron sauf pour les personnes qui possèdent des téléphones exclusivement 3G.

Quid de la 5G ?

L’utilisation de la 5G est un usage ciblé. D’une part, dans les zones denses où il y a beaucoup de passage. Typiquement les villes comme à Rodez à Millau où en fonction des usages il est nécessaire d’apporter du réseau et du débit en plus. 

L’utilisation de la 5G est un usage ciblé

Ce n’est pas un besoin partout. Par exemple, à Salles-Curan, où avec une vitesse de 70 à 80 mégabits par seconde, il n’y aura jamais de saturation.

D’autre part, pour les entreprises. On ne va pas remplacer toutes les antennes 4G par du 5G. Cela a un coût financier mais aussi environnemental. Une antenne 5G où il y a beaucoup de trafic permet d’économiser de l’énergie. Mais, a contrario, une antenne 5G qui ne sert pas, consommerait de l’énergie pour rien. 

Nous sommes attentifs à cibler des endroits où il y a un vrai usage et à ne pas surconsommer de l’énergie et des matières premières. 

Quatre opérateurs qui partagent une même antenne, cela ne se fait nulle part ailleurs au monde

En quoi, cette mutualisation 4G est une innovation et une prouesse technique ?

Quatre opérateurs qui partagent une même antenne, cela ne se fait nulle part ailleurs au monde. C’est vraiment une innovation car ce n’est pas évident de coordonner les réseaux de quatre opérateurs sur un même pylône. Il a fallu du temps pour développer la technique.

Notre grande force, c’est d’avoir développé un programme commun, financé à parts égales.

En région Occitanie

La région Occitanie comptait 10 932 sites tous opérateurs confondus au 1er juillet 2022. Parmi ces sites, 10 649 étaient équipés en 4G. Entre le 31 mars 2018 et le 1er juillet 2022, 5 036 nouveaux sites sont passés en 4G.

Au 1er juillet 2022, 208 sites devaient encore migrer vers la 4G. Ces sites se trouvent sur 52 pylônes desservant 66 communes.

Par ailleurs, 5 pylônes multi-opérateurs des anciens programmes gouvernementaux doivent être encore construits : la maîtrise d’ouvrage est assurée par la collectivité concernée. En complément des sites à passer en 4G et à construire, ce sont au total 669 pylônes mutualisés qui, au titre du dispositif de couverture ciblée, seront construits et financés par les opérateurs entre fin 2019 et mi-2024.

Lien source : Internet mobile : "L'objectif est de ne plus avoir de 3G en Aveyron d'ici la fin de l'année"