Guerre en Ukraine : la Russie va-t-elle vraiment se retirer de Kherson ?

Le ministre russe de la Défense a ordonné ce mercredi 9 novembre le retrait des troupes russes déployées sur la rive droite ou occidentale du Dniepr dans la région de Kherson, ce qui englobe la ville du même nom, cible d’une contre-offensive ukrainienne dans le sud de l’Ukraine.

Lors de commentaires diffusés à la télévision russe, le général Sergueï Sourovikine, commandant de l’armée russe en Ukraine, a déclaré qu’il n’était plus possible de ravitailler la ville de Kherson, occupée par Moscou dès les premiers jours de son invasion en février dernier. Il a proposé un repli des troupes russes sur la rive orientale du Dniepr.

Lui répondant, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a ordonné ce mercredi 9 novembre le retrait des troupes russes déployées sur la rive droite ou occidentale du Dniepr, et donc de Kherson. “Nous allons préserver les vies de nos soldats et les capacités de combat de nos unités”, a ajouté le général Sourovikine.

L’annonce a été reçue avec scepticisme à Kiev. Selon France Info, un conseiller de la présidence ukrainienne, Mykhaïlo Podoliak, a déclaré ne voir “aucun signe” à ce stade d’un retrait des forces russes de Kherson, se méfiant selon lui “des déclarations télévisées mises en scène” par le Kremlin. 

Cet ordre de retrait intervient alors que la Russie a enjoint ces derniers jours à la population civile d’évacuer les zones les plus dangereuses dans la région – ce qui s’apparente à des expulsions forcées pour l’Ukraine – dans la perspective d’une bataille d’ampleur. Selon le général Sourovikine, 115.000 personnes ont quitté Kherson.

Seule capitale régionale dont Moscou a pu revendiquer la conquête, ce repli de Kherson, s’il est effectif, constitue un nouveau revers après le repli de la région de Kharkiv en septembre, note le Huffington Post

Lien source : Guerre en Ukraine : la Russie va-t-elle vraiment se retirer de Kherson ?