Expo “Gainsbourg, le mot exact” à la BPI : une belle leçon d’anatomie littéraire

La BPI du Centre Georges Pompidou met en lumière la relation intime qu’entretenait “l’homme à tête de chou” avec la littérature. Une expo qui vise juste et va à l’essentiel.

2023, année Gainsbourg ? Alors que l’ouverture de la Maison Gainsbourg et d’un petit musée rue de Verneuil est imminente, la BPI du Centre Georges Pompidou ouvre le bal avec une belle et dense exposition consacrée au chanteur. « Gainsbourg, le mot exact » met en lumière la relation intime qu’entretenait « l’homme à tête de chou » non seulement avec la littérature mais plus globalement avec la chose écrite. L’auteur des Petits Papiers (pour Régine) n’en laissait passer aucun ! Manuscrits, tapuscrits, notes éparses, partitions, pages de garde dédicacées, coupures de presse (toute sa vie il a scrupuleusement tenu son press-book !) : pour monter l’exposition, les quatre commissaires ont passé plusieurs mètres cubes de papier au tamis.

Plongées dans la pénombre, jalonnées par des photos très grand format prises rue de Verneuil, les deux premières salles donnent au visiteur l’impression de pénétrer dans l’intimité du maître. Comme dans un jeu de miroirs, sa bibliothèque, son bureau ont été reconstitués à l’identique, avec notamment le grand fauteuil en cuir, l’antique machine à écrire et, sous vitrine, l’une de ses paires de Repetto blanches, des cannes ouvragées, un étonnant bar portatif, de précieux encriers de voyage… Des « objets de culte » usagés, patinés, choisis pour leur aspect et leur rareté, et qui disent le soin extrême que Gainsbourg attachait à sa mise et, au-delà, son souci de se composer un personnage.

Lien source : Expo “Gainsbourg, le mot exact” à la BPI : une belle leçon d’anatomie littéraire