Déménagement des Déferlantes : Toulouges dans la short-list, réunion au sommet à Céret

Déménagement des Déferlantes, épisode numéro… Depuis l’annonce de la Frontera Production de renoncer à déménager son festival à Perpignan, les organisateurs s’efforcent de chercher un nouveau port d’attache pour le paquebot Déferlantes qui, depuis son déménagement d’Aubiry, navigue dans un horizon bien flou. Selon nos informations, le Mas Rières à Toulouges ferait partie des options les plus sérieuses. Mais, une réunion est prévue ce mercredi 25 janvier à Céret.

Le temps presse pour la Frontera Production, organisatrice des Déferlantes. Elle cherche activement et hâtivement un nouveau site. Après avoir annoncé quitter Céret pour s’installer à Perpignan avant d’y renoncer face aux nombreuses pressions, l’un des plus importants festivals d’Occitanie se retrouve sans domicile fixe. Si plusieurs possibilités s’offrent aux Déferlantes, comme l’indiquait déjà L’Indépendant le 11 janvier, le Mas Rières a Toulouges fait bien partie des pistes les plus sérieuses.

Selon nos informations, le site toulougien aurait particulièrement séduit la Frontera production. Parc grand de 6 hectares, proximité avec Perpignan et donc facilité d’accès aux mobilités (aéroport, gare, autoroute), esthétisme du lieu… les arguments en faveur du Mas Rières ne manqueraient pas. Si la municipalité est encline à recevoir les Déferlantes sur sa commune, elle n’est pas propriétaire des lieux qui longent la route départementale en direction de Thuir. Des discussions seraient engagées entre les organisateurs et le propriétaire privé du domaine. Selon nos informations, la Frontera Production et le bailleur n’auraient pas encore réussi à s’entendre sur les conditions, mais le fil ne serait pas rompu.

Réunion au sommet à Céret ce mercredi 

Si Toulouges fait donc partie d’une short-list de six sites, Céret n’est pas totalement éliminé. Les Déferlantes doivent aussi s’asseoir à la table de Céret ce mercredi 24 janvier au matin. Il s’agit de la première rencontre entre la Frontera Production et le maire cérétan Michel Coste, comme celui-ci le confirme, depuis l’annonce du départ d’Aubiry. Une réunion espérée de “conciliation” par ses deux initiateurs : le Département et la Région Occitanie. Ces institutionnels n’ont jamais cessé de pousser en faveur d’un retour dans les bras de la mariée. Mais, sans refaire le match, il faut rappeler que la séparation a été rude et les reproches acerbes. Les deux parties s’accusant, entre autres, de ne pas avoir respecté leurs engagements respectifs. 

D’autres pistes sont encore exploitables. Selon nos informations, la Frontera Production aurait lancé un appel général pour trouver un terrain, notamment par le biais de Perpignan Méditerranée Métropole, aux 36 communes composant l’Agglo. Parmi elles, se trouve le Barcarès. Mais les discussions n’auraient encore suivi après l’appel du pied du maire Alain Ferrand. Ce jour-là, le 14 janvier, l’élu confiait à L’Indépendant son enthousiasme à l’idée de recevoir les Déferlantes, au pied du Lydia, à quelques jours d’intervalle de l’Electrobeach. Au Soler, le château Nadal pourrait aussi faire partie des options sérieuses. Suite au prochain épisode.

Lien source : Déménagement des Déferlantes : Toulouges dans la short-list, réunion au sommet à Céret