“Chair tendre”, la série pour ados sur l’intersexualité : “Ce projet a longtemps suscité le dégoût”

Sasha, une ado intersexe, éveille la curiosité dans son nouveau lycée. Mensonges, gêne, tabous : la série, disponible sur France.tv Slash, tisse l’émouvante quête de la jeune fille pour devenir elle-même. Sa créatrice Yaël Langmann en dévoile la genèse.

Nouveau lycée, nouvelle vie. Sasha, adolescente piquante et circonspecte, vient de déménager, avec ses parents et sa petite sœur. Sur ce motif typique des teen dramas, Yaël Langmann, créatrice et coréalisatrice de la série, appose aussitôt sa signature, entre naturalisme vibrant et sens délicat de l’allégorie. Le sentiment d’étrangeté de Sasha (incarnée avec une fragilité rugueuse par Angèle Metzger) et la curiosité que suscite son arrivée distillent, dès les premiers instants, les questionnements qui aiguillonnent Chair tendre. Le regard des autres nous définit-il ? Quels abîmes et combien de vertiges faut-il affronter pour devenir soi ?

« On était sûr que t’étais un mec ! » lance un grand gaillard à la nouvelle venue. Dans cette fiction qui déroge avec audace aux commandements de l’explicite (au diapason de sa superbe photographie, lumière rasante et ombres signifiantes), il faudra attendre un peu pour mesurer l’onde de choc de la petite phrase. C’est qu’il y a peu encore, avant de choisir de s’identifier comme fille, Sasha était aux yeux de tous un garçon. Son histoire est celle d’un bébé intersexe, doté à la naissance de caractéristiques qui ne correspondent pas aux stéréotypes de la masculinité ou de la féminité. Dès le plus jeune âge, Sasha a été opérée pour être assignée au genre masculin. La scénariste Yaël Langmann s’empare là d’un sujet quasiment inédit en fiction télé comme au cinéma, angle mort du débat collectif, cerné de tabous.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
  • Désabonnement simple

Lien source : “Chair tendre”, la série pour ados sur l’intersexualité : “Ce projet a longtemps suscité le dégoût”