Aude : Quatre nouvelles brigades de gendarmerie en 2024 ? On en sait plus sur deux d’entre elles

Depuis novembre, les départements espèrent récupérer au moins deux des 200 nouvelles brigades de gendarmerie promises par le Président de la République en 2022. Le représentant de l’Etat dans l’Aude mise sur 4 dossiers. Et a livré quelques pistes sur deux d’entre eux.

En novembre dernier, lors de la “réunion de lancement de la concertation pour les 200 brigades” qui s’était tenue à Ferrals des Corbières, le préfet de l’Aude Thierry Bonnier avait déjà émis l’idée de faire remonter au moins trois demandes de brigades de gendarmerie à Paris, misant sur le budget important alloué au ministère de l’Intérieur dans le cadre de la loi d’orientation et de programmation annonçant 8 500 effectifs supplémentaires.

Lors des vœux à la presse à Carcassonne le 25 janvier, le préfet s’est dit très satisfait de l’avancement des dossiers de la part des élus, auxquels il avait en quelque sorte tendu la perche en novembre. La volonté n’étant pas, pour celui qui avait travaillé au plus haut niveau de l’Etat en 2003 aux regroupements de brigades au sein de communautés de brigades, de répondre aux attentes – légitimes – d’élus en termes d’aménagement du territoire et de retombées économiques, mais de mettre les “gendarmes là où il y en a besoin”. Les propositions priorisées doivent être adressées au ministre de l’Intéireur avant le 15 février.

A lire aussi :
Dans l’Aude, trois nouvelles brigades de gendarmerie espérées à l’horizon 2027

On sait aujourd’hui que quatre dossiers sont en cours d’élaboration, dont au moins une brigade mobile, sachant qu’une brigade mobile représente six militaires, une brigade fixe, dix. Et qu’il faut des points de chute pour les uns et les autres, logements, bureaux, équipements pour les familles. “On a donné le diagnostic du territoire, celui des déplacements de la gendarmerie, celui des zones de délinquance, aux élus qui ont jusqu’à fin février pour apporter des réponses”. Des négociations ont déjà été entamées ici et là avec les bailleurs sociaux pour une mise en location, modèle préféré par les petites communes à celui de la maîtrise d’ouvrage et à l’avance de trésorerie en attendant le remboursement échelonné par l’Etat. 

Une brigade à Montredon, une autre au sud de Carcassonne ?

Deux zones ont été avancées par le préfet, à quelques jours de l’envoi des dossiers. Le secteur de Bizanet et Montredon, pour sa proximité avec l’autoroute mais aussi en prévision “de la future gare TGV”. Une autre, semble particulièrement avancée : elle concernerait une brigade fixe “au sud de Carcassonne”.

“On imagine une brigade fixe dans une zone comprise entre Trèbes et Limoux, déjà pourvus mais qu’il faudrait pouvoir délester, pour qu’ils puissent se concentrer sur leurs secteurs propres” révèle Thierry Bonnier. Qui veut libérer des gendarmes pour une zone peu connues pour ses forts taux de délinquance, mais qui inquiète par la fréquence des violences “domestiques” intrafamiliales : il s’agit de la Haute-Vallée de l’Aude et des Hautes Corbières. Territoire rural s’il en est, peu commode d’accès et qui mobilise des gendarmes occupés sur les villes de Limoux et Trèbes sur une autre des priorités, la lutte contre les stupéfiants tant à la vente qu’à la consommation. Dans l’ensemble du département, les violences domestiques ont augmenté de 6,5% en 2022. 

Annoncées pour 2027 lors de la réunion en novembre dernier, les premières brigades pourraient bien être mises en place en 2024, sachant que les arbitrages seront rendus en mars prochain à Paris. 

Lien source : Aude : Quatre nouvelles brigades de gendarmerie en 2024 ? On en sait plus sur deux d'entre elles